Dysplasie chez le chien : à quoi est-ce dû et quels sont les symptômes ?

La dysplasie chez le chien est une affection articulaire courante qui touche généralement les races de moyens et grands chiens. Lorsqu’elle est dépistée suffisamment tôt, la dysplasie peut être soulagée et traitée de manière efficace.

Qu’est-ce que la dysplasie chez le chien ?

La dysplasie touche surtout la hanche du chien. Il s’agit d’un problème d’hyperlaxité dû au fait que la cavité du bassin et le fémur ne sont plus maintenus solidaires par les muscles fessiers car la tête du fémur n’est pas correctement maintenue dans la cavité de l’os du bassin. Avec le temps, cette souplesse anormale crée une déformation au niveau de la cavité de l’os du bassin. Le chien est alors atteint d’une arthrose invalidante et douloureuse.

La dysplasie est une affection partiellement héréditaire. Les bergers allemands, les labradors, les golden retrievers et les rottweilers font partie de ceux qui sont le plus souvent touchés par cette maladie mais la liste pourrait malheureusement être encore longue.

À quoi est-elle due ?

La dysplasie est due à des anomalies sur plusieurs gènes. Elle est donc difficile à éradiquer, par la sélection génétique par exemple. Par ailleurs, il arrive que certains chiens souffrent de dysplasie sans qu’il n’y ait de transmission héréditaire. Les facteurs suivants sont susceptibles de favoriser l’apparition de la maladie :

  • Une alimentation trop riche en calcium ou en énergie
  • Trop d’exercice chez le chiot, avant la fin de sa croissance
  • Des traumatismes articulaires chez le chiot.

On peut donc supposer qu’il est envisageable de prévenir cette affection en évitant par exemple de trop solliciter un chiot de l’une des races les plus touchées par la maladie et en proposant une alimentation équilibrée au chien.

Les symptômes de la dysplasie

Il n’existe pas de signes réellement spécifiques à la dysplasie mais l’on peut néanmoins observer, par exemple, un fessier peu musclé avec des os saillants au niveau des hanches, une manière de courir différente, semblable à celle des lapins (avec les deux pattes arrières qui bondissent en même temps), une raideur avec parfois des difficultés pour se relever, monter des marches et/ou sauter. Souvent, tous ces symptômes sont plus visibles le matin, lorsque le chien se réveille et qu’il boite et semble souffrir de différentes raideurs.

Comment confirmer une dysplasie ?

Si votre chien souffre de ces symptômes, seul un professionnel sera à même de confirmer qu’il s’agit bien d’une dysplasie de la hanche. Le vétérinaire va donc effectuer une radiographie et observer la démarche du chien. Il réalisera aussi un examen orthopédique. En fonction du degré de gravité, le vétérinaire donnera une note allant de l’absence de signe de dysplasie à une dysplasie grave.

Soigner la dysplasie

Suite à votre visite chez le vétérinaire, il est possible que vous soyez amené à fournir un traitement anti-inflammatoire à votre compagnon. Cela permettra de soulager la douleur provoquée par l’arthrose. D’autres médicaments de type chondroprotecteurs s’avèrent assez efficaces pour ralentir l’évolution de l’arthrose tout en préservant le cartilage.

En fonction de la gravité de la maladie, le vétérinaire peut vous proposer d’avoir recours à une intervention chirurgicale : la résection de la tête du col du fémur, la triple ou double ostéotomie du bassin ont encore la prothèse de hanche sont des interventions assez courantes.

Si votre chien présente les symptômes de la dysplasie, n’attendez pas et prenez rendez-vous le plus rapidement possible auprès d’un vétérinaire. Vous éviterez ainsi que la situation n’empire et soulagerez votre animal de compagnie de ses maux.